Sommaire | Bienvenue | Concarneau | Groupes | Programmation | Reines | Rétrospectives | Passé


 
 


LA BRETAGNE S'OUVRE A LA MODE



 

De nos jours, la broderie n'a plus la place qu'elle occupait autrefois. Les vêtements ne sont plus brodés comme les modes vestimentaires paysannes ou bourgeoises d'antan, le linge de maison est plus "pratique", plus sobre ... Pourtant, un peu partout, on rencontre des passionnés de cet art. Car c'est un art : celui de tirer l'aiguille, de travailler avec des matériaux tel que la soie, les perles, le tulle, l'organza ...

De tout temps, partout, l'humanité a brodé. On retrouve des vêtements brodés , incrustés de fourrure, de coquillages, de perles, de fils de laine, de soie ou de coton, dans toutes les civilisations, qu'elles soient d'Europe, d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique. Mais ce n'est qu'à partir de la Révolution Française, que la broderie a connu sa véritable évolution.

Avant cette date, la broderie était un luxe que seule une classe de privilégiés pouvait s'offrir : les membres de la famille royale, les nobles , la bourgeoisie et le clergé. En Bretagne comme dans le reste de l'Europe, les paysans étaient vêtus sensiblement de la même façon. C'est donc à partir de cette époque, après l'abolition des lois somptuaires, que l'on assiste à la libération du costume et de la broderie en général. Dans chaque pays, chaque région, des brodeurs et des tailleurs traditionnels s'inspirent des modèles que les colporteurs envoient avec eux des grands ateliers. De plus, le monde s'ouvre, les communications sont plus faciles, les transports favorisent les échanges entre les différents peuples du monde. C'est ainsi que l'on retrouve sur les costumes traditionnels bretons des perles de Bohème, des rubans de soie de Lyon, des châles ramenés des Indes par les marins... Les premiers journaux de mode apparaissent et donnent aux brodeurs des idées nouvelles. C'est ainsi que la Bretagne s'ouvre elle aussi à la Mode.

La broderie a eu des périodes de gloire, elle traduisait par son symbolisme la condition sociale, les goûts, le sens artistique des populations. L'abandon des modes paysannes vestimentaires , la modernisation en général, ont bien failli venir à bout de cet art si particulier. Pourtant , grâce à l'action de quelques dizaines de passionnés, la broderie revit. Les grands couturiers parisiens donnent une place de plus en plus grande à la broderie, des ateliers de broderie travaillent pour eux. Mais à une échelle plus humble, des stages de broderie, des cours, des expositions fleurissent un peu partout.

La "commission broderie" de la fédération des Cercles Celtiques War'l Leur a été créée il y a maintenant 20 ans ! Forte aujourd'hui d'une dizaine de brodeurs , elle a décidé pour son anniversaire, de créer une exposition où tous les aspects de la broderie sont évoqués. Cette exposition a aussi pour but de montrer l'évolution de la broderie en Bretagne. De nos jours, la broderie se modernise : on retrouve des points employés autrefois sur des costumes (exemple : le neudé technique utilisée sur les coiffes bigoudènes) sur du linge de maison, nappes, napperons serviettes... Le perlage, base du costume féminin de Cornouaille, se met en tableau... Le tulle revient en force, pour des napperons, en incrustation sur des caracos ...



LES DIFFERENTES TECHNIQUES


LE PICOT

L'origine du picot remonte au début du siècle où une religieuse a ramené cette technique d'Irlande. C'est une véritable petite industrie qui s'est créée dans le pays bigouden, autour de cette technique. Chaque femme, chaque fillette, et même des garçons , maniaient avec habilité le petit crochet. Les familles de marins pêcheurs étaient pauvres, et cette industrie a permis à de nombreuses familles de survivre. Cette technique permet de réaliser des cols, des gants, des napperons, des corsages. Pour les costumes traditionnels, les femmes du pays de Rhuys dans le Morbihan, l'utilisaient pour leurs châles. Certains points reviennent souvent : les clochettes, les " huit" la roue. Tous ces motifs sont faits séparément et reliés entre eux ensuite par un point de filet.

LA BRODERIE BLANCHE
Broderie traditionnelle que l'on retrouve sur tout le linge de maison : draps, nappes, mais aussi sous-vêtements, chemises, caracos, chemisiers etc. .... Les techniques employées sont en général :

Le plumetis : il permet de broder en relief les initiales, les fleurs etc. ...
Le point de bourdon : il s'emploie pour les lettres, les tiges des motifs floraux, les ourlets, les barrettes....
Le point de nœuds : il remplit des surfaces délimitées par un point de bourdon ou de feston.
Le point de feston : il délimite les bordures, les ourlets, toutes les parties découpées d'un ouvrage. On l'utilise aussi pour des barrettes.
La broderie anglaise : broderie ajourée brodée au point de bourdon très fin.


Toutes ces techniques s'emploient sur toiles de coton, de lin, etc., blanches en général, mais à une certaine époque, l'utilisation de toiles et de fils de couleur a été très prisée.

TULLE BRODE
Le tulle était employé en Bretagne pour broder les coiffes , les châles comme à Concarneau, les manchettes, les tabliers des communiantes, les robes de baptême, les robes de mariées etc.. ; mais aussi pour broder des napperons. On retrouve ici cette technique dans les différents modèles de coiffes, ainsi qu'en incrustation sur du linge.

LE FILET BRODE
Les femmes ont acquis depuis des génération la dextérité pour faire ou ramander les filets de pêche de leurs pères ou de leurs maris. Aussi adoptèrent-elles cette technique pour leurs coiffes ; technique qu'elles embellirent avec l'aide du tulle et de différents points de remplissage. on emploie également cette technique pour des rideaux.

LE PERLAGE
Dans tout le Finistère, et dans une grande partie du Morbihan, l'emploi des perles s'est répandu. Il a connu son apogée dans les années 35-40. Des costumes entiers ont été ainsi recouverts de motifs brodés de perles.


LES COSTUMES BRETONS
Sont présentées ici deux modes vestimentaires de Basse Cornouaille : un couple de Quimper et un couple de Pont-l'Abbé.

La mode de Quimper : Le costume de l'homme a la particularité d'être de couleur bleue, ce qui lui a donné son nom de "glazic" le petit bleu. Les couleurs de la broderie traditionnelle sur les gilets des hommes sont le jaune, l'orangé, le vert le rouge et le blanc. Ce sont des motifs floraux pour les plus récents, tandis que les plus anciens arboraient des motifs géométriques. Sur la veste, il faut remarquer une rangée jaune brodée au point appelé "drenn pesket" ou arête de poisson. Le costume de la femme est en velours noir entièrement rebrodé. Les quimpéroises ont adopté les perles et surtout la cannetille d'or ou d'argent, les perles de verre et les strass. Certains costumes du Porzay (région située à l'ouest de Quimper) sont d'une extrême richesse. On peut les admirer lors du traditionnel Pardon de Sainte Anne La Palud le dernier dimanche d'août. Les motifs floraux, la fleur de lys et les épis de blé sont une des caractéristiques de ce costume. Une particularité, les larges rubans des chapeaux des hommes sont perlés de perles multicolores et bordées de franges également en perles.

La mode bigouden
: Elle a su développer une mode bien particulière. Les costumes d'hommes comme ceux des femmes sont entièrement recouverts de broderies de couleur jaune et orange qui ont fait connaître le travail des brodeurs , bien loin des frontières du pays bigouden. Ces broderies sont constituées de motifs bien spécifiques, qui ont chacun leur signification : la planète : le destin ; le soleil : la joie ; la chaîne de vie : la confiance en Dieu etc. Certains de ces motifs se retrouvent curieusement sur des costumes traditionnels anciens de Russie, d'Ukraine et de Slovaquie. On trouve également sur les costumes bigoudens d'autres points tels que le "drenn pesket"(arête de poisson), le point de chaînette, le point de bourdon. Les derniers costumes bigoudens de femmes datant des années 1945-1950, ont été perlés, abandonnant ainsi leur broderie spectaculaire au profit des perles.


COSTUMES DE BEBES

Différents modèles de costumes de bébés de Basse Cornouaille sont présentés.

DIFFERENTES PIECES DE COSTUMES BRETONS
Dans le Pays du Léon et du Trégor, on trouve des grands châles de mérinos entièrement brodés au fil de soie. Toutes les couleurs sont admises : le vert amande, le noir, le rose, le beige, ... Broderie ton sur ton, les points sont variés : point de nœud, de bourdon, passé plat, passé empiétant. Ce sont toujours des motifs floraux. Dans le Pays de Lorient, on trouve deux tendances : la broderie et la peinture. Les jupes des femmes n'étaient pas brodées, mais on portait un grand tablier de velours qui pouvaient être peint ou brodé.

PIECES ORIGINALES
Dans cette exposition sont présentés deux gilets " bourgeois". Lorsque l'on a commencé à abandonner le costume traditionnel il a été de mode à une certaine époque chez les gens aisés, de se faire broder des gilets. Ces habits beaucoup plus légers que le gilet traditionnel, s'ornaient de broderies style bigouden, mais avec plus de fantaisie dans les couleurs, dans l'agencement des motifs. Ils étaient portés avec une veste de ville. Les femmes ont également adopté cette "mode".

BRODERIE CONTEMPORAINE
Il est également présenté ici des pièces modernes : des tableaux en perlage, une robe de mariée brodée sur tulle, du linge de maison brodé au neudé , ce qui montre que la broderie bretonne est de nouveau bien vivante et que la tradition en étant respectée peut évoluer.

LA CREATION DES BRODEURS DE WARL'LEUR
Afin de réunir toutes les techniques de base que l'on retrouve sur les costumes bretons, les brodeurs de la commission broderie de la Fédération ont créé une robe du soir en velours vert brodée au fil de soie or. Elle est perlée avec des perles "or", les fleurs sont brodées au neudé, les manches sont en filet (fil de soie "or") , le décolleté en filet et tulle rebrodé également au fil de soie "or". Sont ainsi résumées les principales techniques employées sur le costume breton.

La tradition de la broderie se maintient et évolue tous les jours au gré des fantaisies des brodeurs, et de la demande des amateurs de cet art. et tous espèrent que la broderie a encore de beaux jours devant elle.